Le complexe monumental antique et les écoles Méniennes

Publié le 19 janvier 2016

Des sondages ont été réalisés par le service archéologique d'Autun en 2011 dans le centre de la ville antique sur une parcelle de plus d’un hectare.

Cette opération a été l’occasion d’explorer partiellement deux îlots longeant le cardo maximus, un secteur qui bénéficie d’avancées récentes de la recherche. Le premier accueille un habitat de prestige qui comportait des pavements particulièrement soignés en marqueterie de marbre. Le second recèle les vestiges d’un vaste complexe monumental, dégagés sur près de 900 m².  
Vraisemblablement construit au début du IIe siècle sur les ruines d'anciennes maisons, ce complexe est restauré à la fin du IIIe ou au début du IVe siècle puis semble abandonné et démantelé dès le Ve siècle. Pour l’Antiquité tardive le complexe est composé d'un édifice en façade du cardo maximus et de deux gigantesques cours à portiques tout à fait susceptibles d'accueillir des activités intellectuelles et physiques.  Le plan et la localisation des vestiges, ainsi que la confrontation avec les sources littéraires suggèrent d’identifier ce complexe aux célèbres Ecoles Méniennes recherchées depuis longue date par les érudits locaux. Connues par un discours prononcé en 298 ap. J.-C. par Eumène, un notable originaire de la cité en présence du gouverneur de Lyonnaise, ces Ecoles sont en quelque sorte l'équivalent de nos actuelles universités. Seule une fouille complémentaire et la découverte d’un texte épigraphique sont à même désormais de valider définitivement ces premières hypothèses. Quelle que soit la fonction assignée à ce vaste complexe, cette spectaculaire découverte illustre avec éclat l’importance de la parure monumentale d’Autun sous le Haut-Empire mais aussi l’entreprise de restauration intervenue sur place au tournant des années 300.

En savoir plus sur le chantier de fouilles des Ecoles Méniennes présumées 1ère partie (PDF - 7 Mo)
En savoir plus sur le chantier de fouilles des Ecoles Méniennes présumées 2e partie (PDF - 3 Mo)

Partager :