Discours des voeux du maire d'Autun

Publié le 11 janvier 2018

Vincent Chauvet, maire d'Autun a présenté ses voeux aux Autunois le 8 janvier. Découvrez le texte de son allocution.

 

Mesdames, Messieurs, en vos grades et qualités respectives
Chères Autunoises, chers Autunois,
Chers amis,
C’est un réel plaisir pour nous de vous accueillir aussi nombreux ce soir pour ces Voeux à la population désormais ouverts à tous les Autunois, j'y tenais beaucoup et je vous remercie d'avoir répondu présent en si grand nombre.
Je souhaite à mon tour de remercier de sa présence Rémy Rebeyrotte, notre député, et je tiens à souligner que rien de ce qui vous sera présenté ce soir n’aurait été possible sans ses trois mandats à la tête de l’exécutif municipal et les réalisations qu’il a su mener à bien pour notre ville, que ce soit notamment la fusion entre Autun et Saint-Pantaléon, l’intégration de la Communauté de Communes avec une communauté de service à l’échelle du bassin de vie, le rattrapage en terme d’équipements publics et en même temps des finances publiques assainies.
Toutes les conditions sont aujourd'hui réunies pour capitaliser sur le potentiel - immense- de notre ville et j’espère pouvoir vous en convaincre en vous montrant ce que nous pouvons faire pour la développer. Ce potentiel allié à une reprise économique et à un gouvernement volontariste, qui s’appuie sur une majorité parlementaire forte (dans laquelle Autun est représenté par notre député), permettra de faire des réformes structurelles et en même temps de soutenir les collectivités
locales à avoir un effet de levier véritable pour le territoire, pour le développement de notre ville.
Je crois fortement que nos petites villes vont retrouver, bien plus vite que l’on ne le pense, une dynamique soutenue. Tous les signes nous le démontrent aujourd’hui, et ce frémissement tend à se vérifier aussi au niveau national.
Plus profondément, il y a un mouvement historique, de fond, en faveur des petites villes comme la nôtre qui sont en train de bénéficier d'une désaffection pour les grandes métropoles et pour les zones très rurales. Ville ou campagne, les deux c'est mieux, je dirais même ville ou campagne, les deux c'est la combinaison gagnante !
Et je crois, véritablement que nous sommes arrivés à un tournant de l'histoire de notre ville.
Si j'ai accepté de prendre la fonction de maire au détriment d'une carrière plus classique, c'est que je crois dans le potentiel de notre ville. Et si vous êtes venus si nombreux nous écouter ce soir c'est que vous aussi vous croyez dans Autun et que vous envisagez l’avenir de notre ville avec espoir.
Nous nous devons maintenant d'avoir une vision pour l'avenir, qui s'appuie sur nos avantages, sur notre potentiel et qui nous différencie des centaines d'autres petites villes françaises qui elles aussi peuvent prétendre tirer leur épingle du jeu et sont en concurrence avec Autun pour attirer les projets, les subventions et les habitants.
Pour cela, il faut bousculer les habitudes, s’inspirer de toutes les recettes qui fonctionnent ailleurs et innover. Il faut aussi parfois avoir le courage de quitter nos certitudes quand ce sont nos habitudes qui nous guident à agir, plus que l’efficacité et la rationalité. « Nous avons besoin d'hommes et de femmes qui savent rêver à des choses inédites”, disait John Fitzgerald Kennedy.
Nous avons besoin de vous. D’abord, j’ai souhaité établir plus de proximité avec vous : la retransmission sur internet de nos conseils municipaux, des conseils jeunes citoyens et ce soir des voeux. J’espère donc une plus grande interactivité et de réactivité avec les élus.
Nous portons une grande attention à la démocratie participative avec notamment les instances représentatives des citoyens qui ont été mises en place ces dernières années. Quel plaisir de travailler de concert avec le Conseil Citoyen sur le quartier politique de la ville de Saint-Pantaléon qui fonctionne remarquablement, avec le Conseil Jeunes Citoyens qui insuffle un vent de fraîcheur dans nos choix d’actions, mais aussi bien sûr le Conseil des Quartiers : ses membres sont vos référents, en lien permanent avec notre animateur et qui se fait le relais de vos demandes, de vos requêtes, mais aussi des satisfactions et je sais qu’il y en a. 
Nous généraliserons les consultations des habitants, notamment sur les projets d’aménagements urbains comme pour le quartier Marchaux-Deguin qui changera de visage d’ici la fin de la décennie, ou encore pour et la poursuite de l’aménagement du Quartier Politique de la Ville de Saint-Pantaléon. Pour le quartier Marchaux-Deguin, après le diagnostic archéologique réalisé fin 2017, nous sommes dans l’attente des prescriptions d’aménagement du site. La consultation sera sans a priori, vous pourrez déterminer si vous souhaitez avoir plus de parking, la mise en place d’une fontaine, d’un parc, ou de statues : ce sera à vous de décider.
Embellir notre ville et améliorer notre environnement urbain, cela passe aussi par un renouvellement du mobilier publicitaire à partir du 1er septembre car il n’est plus tolérable que nous ayons des campagnes de fast food ou qui vous incitent à aller faire vos courses de Noël à Dijon. Nous sélectionnerons donc d’ici là un nouveau prestataire car nous avons tout à gagner d’une nouvelle mise en concurrence, avec la mise en place d’équipements plus modernes et mieux adaptés à notre ville.
Améliorer l’environnement, c’est aussi assurer la tranquillité publique. Sur ce plan, je proposerai courant février au conseil municipal que notre commune s’équipe progressivement d’un système de vidéo-protection installé dans certains lieux de la ville. Le vandalisme et les incivilités représentent chaque année une charge beaucoup trop importante pour notre budget communal, et cela n’est plus acceptable. Dès le printemps, nous renforcerons notre Police Municipale avec l’arrivée d’un agent supplémentaire, cela permettra l’élargissement de leur amplitude d’intervention. L’accueil du public sera facilité par l’installation du service sous le théâtre municipal, côté avenue Charles de Gaulle. Dès mon arrivée, j’ai souhaité agir, avec Roger Vernay, contre les rodéos nocturnes, les déchets sauvages et les déjections canines, ces incivilités qui nuisent au bien vivre ensemble ne sont pas tolérables. La prochaine campagne « publicitaire » de la ville sur les incivilités concernera l’insécurité routière, qui nous touche tous avec les drames que nous avons en tête. Nous souhaitons faire une campagne « choc » avec des vrais habitants sur les endroits où il y a des réels problèmes de sécurité et un visuel qui met en toutes lettres les phrases qui sont dites par les habitants à mes adjoints ou directement lors de mes permanences : « Les gens roulent comme des fous », « un jour il y aura un accident », « on a peur de sortir de chez soi étant donné la vitesse », etc. Nous ferons donc une campagne sur les vitesses excessives en ville, du respect des règles du code de la route.
Cette tranquillité, cette amélioration du cadre de vie doivent être un des éléments de la reconquête commerciale de notre centre-ville.
Vous l’avez compris, l’attractivité du centre-ville est notre priorité. Pour cela, notre collectivité mettra sur la table les moyens nécessaires, utilisera tous les leviers réglementaires possibles (y compris l’expérimentation) pour encourager la rénovation des logements et le réinvestissement des locaux commerciaux qui doivent s’adapter aux nouveaux besoins. C’est possible, vous avez des exemples récents, comme Ambroise et Léonie (commerce ouvert entre 12h et 14h), Marin et Martin entre autres. Notre objectif est clair : plus aucune boutique vide rue aux cordiers fin 2018 - et c'est possible ! Cet été des boutiques éphémères d’associations pourront ouvrir pour promouvoir leurs activités comme par exemple Augustodunum ou la SPA. Je salue le travail déjà engagé par notre Manager de centre-ville. Non, le commerce n’est pas plus malade à Autun qu’ailleurs ! Mais le métier de commerçant en lui-même a changé, les modes de consommation se sont transformés. Il est aujourd’hui absolument nécessaire que nous retrouvions une union commerciale proactive et unie.
La collectivité a porté des investissements importants sur le centre-ville et ces derniers se poursuivront (rue Général Demetz, mise en accessibilité PMR du passage Balthus), nous devons maintenant avancer toutes et tous dans la même direction. Depuis la semaine dernière, nous mettons en test 30 minutes gratuites sur le parking payant de la place du Champ de Mars et nous ferons l’évaluation de cette mesure en fin d’année.
L’attractivité du centre-ville et de la ville en général, c’est aussi le débit internet et la connectivité téléphone. Vous le savez, Orange a commencé à déployer le Très Haut Débit sur le quartier Saint-Andoche et déploie son réseau de plus en plus sur la ville, vous voyez d’ailleurs les armoires de rue qui s’installent. Mais, je veux l’annoncer ce soir, SFR arrive aussi en ville avec une stratégie de déploiement d'un coup de 17 armoires, sur l'ensemble de la ville. Nous serons une des rares villes de
France où nous aurons deux réseaux de fibre parallèle qui permettront donc une concurrence et qui aussi je l’espère une accélération du rythme de déploiement sur l’ensemble du périmètre communal, y compris Fragny. D’ailleurs, nous avons, dans nos négociations avec Orange et SFR, annoncé que nous aurons un point d’attention particulier sur l’amélioration de la couverture téléphonique mobile à Fragny. La mise en place du THD va permettre à tous les habitants de profiter au plus vite des nouveaux usages et services.
L’attractivité de la ville, c’est aussi la fiscalité et le coût des services publics. Grâce à la réforme de la taxe d’habitation : dès 2018, 85 % des foyers autunois vont voir leur taxe d’habitation diminuer de 30 %, 100% des propriétaires vont voir la part municipale de la taxe foncière baisser de 1 à 2 % et 100% des abonnés au chauffage urbain vont voir le tarif du chauffage baisser de 1% (au 1 er janvier) puis 4% (au 1 er novembre). C’est le fruit d’une volonté gouvernementale, de négociations serrées jusqu’à la dernière minute avec Dalkia en leur permettant d’installer leur usine de cogénération électrique et gaz sur le Parc d’Activités Saint-Andoche et avec la Communauté de Communes pour  que l’augmentation du taux intercommunal de la Taxe foncière ne dépasse pas notre baisse au niveau municipal.
La suppression de la taxe habitation est un levier fort pour des villes comme Autun qui sont soumises à de forts taux de fiscalité dus à de fortes charges de centralité , de patrimoine et un effet de mutualisation qui est moins important que dans d’autres grandes villes. C’est pourquoi, je suis fier de faire partie des Maires qui sont des soutiens affichés du Président de la République. Nous sommes pour l'instant une minorité d’élus locaux clairement dans le soutien au Gouvernement mais j'espère que lors du renouvellement de 2020, comme cela s'est passé en 2017 à l’Assemblée Nationale, une nouvelle génération d'élus portera plus haut la parole du gouvernement dans les territoires. Cette réforme s’étalera jusqu’à 2020 et le Président de la République a annoncé une disparition totale à terme de la taxe d’habitation. Nous pouvons, pour notre ville, nous en réjouir. Les taux resteront toujours plus élevés que dans le rural ou que dans des villes de taille similaires, mais, comparaison n’est pas raison, nous avons un patrimoine important et nous utilisons vos impôts à bon escient pour rénover ce patrimoine.
Comme le disait Kennedy, aussi : « C’est lorsque le soleil brille qu’il faut réparer le toit ». Nous interviendrons, en 2018, principalement sur les remparts et sur la rénovation du patrimoine historique dans la fidélité des engagements pris en 2014 par l’équipe municipale. Sur ces remparts, les procédures auront lieu et nous fixons comme objectif le soutènement, la reconstruction ou l’amélioration des remparts les plus endommagés. Tout comme la mise en accessibilité du Passage Balthus et de la réfection de la rue Demetz. 
2018 sera donc l’année des remparts, viendront ensuite 8 millions d’euros d’investissement programmé sur plusieurs années sur le patrimoine antique, que ce soit sur le théâtre romain, les portes, le temple de Janus ou la pierre de Couhard. Pour Couhard, nous attendons les résultats de l’étude pour voir comment nous allons pouvoir, ou pas, rénover la salle. Nous espérons pouvoir l’ouvrir à nouveau si la sécurité et le budget le permettent. J’espère que nous pourrons, en même temps, protéger la pierre.
Dans le cadre des engagements pris lors de la campagne de 2014 nous concrétiserons également d’autres projets.
Nous lancerons dès 2018 le début de la concertation et des travaux sur le parc Schuman à Saint-Pantaléon. Vous serez amenés là aussi à nous dire ce que vous voulez de ce parc en terme d’aménagement et/ou de jeux sur ce quartier.
Nous allons mener progressivement la rénovation ou l’entretien du site du Chapitre pour en faire un centre d’art dans les hauts quartiers. Un collectionneur de céramique contemporaine est prêt à nous léguer sa collection que nous pourrions exposer dans cet endroit unique dans les Hauts-Quartiers ce qui aura pour effet, avec l’ensemble des projets privés et publics, de renforcer l’attractivité et la destination touristique autour de la cathédrale.
En ce qui concerne les Hauts-Quartiers, le grand musée Rolin avance. C’est un chantier de plusieurs millions sur au moins 10 ans. Il permet déjà de réfléchir à l’avenir de notre ville au-delà du Musée sur les circulations et sur l’ensemble du quartier. Je salue d’ailleurs les équipes du Musée Rolin qui ont notamment organisé cette année « les rendez-vous du Louvre ». Ces expositions permettent au Musée de rayonner. Je remercie également l’ensemble des mécènes, notamment les entreprises de la ville, qui ont contribué au succès de l’exposition « Eve, ou la folle tentation ». Cet été, l’exposition s’intitulera « Au bord de l’eau ». Elle fera écho à un autre projet sur notre ville. En juillet, nous avons ouvert l’Espace Gislebertus - Destination Autun : un espace remarquable et remarqué, qui nous permet d’allier intelligemment tourisme et nouvelle technologie. Il rouvrira le 1er avril. Vous aurez remarqué que le musée Rolin est ouvert, depuis cette année, y compris pendant la période des fêtes. L’attractivité touristique passe aussi par des choses simples mais coûteuses,
comme des traductions ou l’installation de nouvelles toilettes publiques sur la place du champ ou à proximité du musée Rolin. Ils permettront d’accueillir les touristes dans de meilleures conditions.
Nous étudions la reprise du site de l’ancien hôpital. Nous souhaitons faire une vraie liaison piétonne entre l’Hexagone et le centre-ville. Pour ce faire, nous installerons des activités artistiques en maintenant les activités sociales qui sont déjà en place et en accompagnant également un certain nombre d’activités de formation qui sont un vrai levier de développement. Ces acquisitions devront être compensées par des ventes immobilières sur le patrimoine de la ville dont nous sommes en train de céder (locaux commerciaux, hôtel de Clugny, des terrains constructibles ou des bâtiments par exemple avenue Charles de Gaulle (ancien bâtiment de la Police Municipale et de la DCSU)). La Direction de la Cohésion Sociale et Urbaine et le Centre Intercommunal d’Action Sociale vont déménager au Centre Social Saint-Jean ce qui permettra une vraie complémentarité et une synergie entre ces deux services, sur l’accueil du public, l’accompagnement social et les différentes activités proposées par ces services.
Enfin, l’ouverture de la bibliothèque multimédia du Grand Autunois Morvan au sein de notre Hôtel de Ville est programmée : ce sont 2500m2 dédiés à la lecture publique, à l’accès aux dernières technologies numériques (autoformation) et la valorisation de notre exceptionnel fonds ancien. Les Autunois peuvent être fiers de cet équipement qui sera le lieu de la culture à l’intérieur de la maison du peuple. Il est plus que jamais important de remettre la culture au centre de la ville, après le malheureux troisième anniversaire des attentats du 7 janvier. Cette bibliothèque multimédia sera vraiment un équipement de qualité pour l’ensemble de la population.
De nombreux investissements émanant d’autres organismes publics ou de porteurs privés vont se dévoiler cette année, je pense par exemple à la mise en service de l’usine de production d’eau potable de Saint-Blaise par le SMEMAC (5 millions d’euros d’investissement), l’extension et la rénovation du Cinéma Arletty que nous accompagnons.
Les projets d’investissements cohérents, raisonnés et solidement montés sont bien sûr aidés par nos partenaires institutionnels (Europe, Etat, Conseil Départemental, Conseil Régional) et nos partenaires financiers (banques, caisse des dépôts) qui sont facilitateurs car nos finances communales sont saines.
Avec la reprise économique, les projets commerciaux privés sont également de nouveau sur les rails.
À Bellevue, j’espère le début de la construction en 2018 du centre commercial prévu par Redeim pour lequel je veillerai attentivement qu’il ne soit pas de nature à concurrencer l’offre de centre ville.
Il reste encore à Bellevue quelques zones à vendre et bientôt à construire je l’espère. Nous sommes en négociation avec un fabriquant de tuiles artisanales d’Izmir (Turquie), qui exporte en Europe. L’entreprise a déjà une entreprise en Angleterre mais depuis le Brexit et donc la sortie de l’Angleterre de l’UE, elle souhaite retrouver un lieu de vente dans l’Union. Autun, avec son image de qualité en lien avec les bâtiments historiques permettrait à cette entreprise de vendre une image de marque grâce à notre ville. Ceci n’est qu’un exemple parmi d’autres, les projets sont en train de revenir à Autun et permettront je l’espère de poursuivre la baisse du chômage entamée dans notre ville.
Sur les projets également privés que nous pouvons accompagner autour du stade Saint-Roch : la possibilité de la construction d’un éventuel club house. Mais déjà, dès à présent, la vente des anciens vestiaires du stade à une personnalité d’origine autunoise pour l'installation d'un laser game et d'un paintball qui permettront d’offrir de nouvelles activités aux jeunes adultes et de combler ainsi un manque. Pour les jeunes et les moins jeunes, le projet de pêche à la mouche à l’étang des Cloix ouvrira en octobre 2018. Nous aurons également d’autres projets sportifs avant la fin du mandat.
Lors du vote du budget, vous remarquerez que nous maintenons les subventions aux associations cette année.
L’exposition « Au bord de l’eau » du musée Rolin fera écho à l’installation d’une première tranche au moins d’Autun plage autour du lac pour que nous puissions faire du plan d’eau un parc d'attractions à ciel ouvert. En ce sens, une partie de la fête foraine déménagera à l'Eduen en 2018 avec un transfert total en 2019 si l'essai est concluant. Cathy Nicolao-Valacci a l’habitude de dire que « la jeunesse est l’avenir de la ville », et c’est en ce sens que nous souhaitons leur offrir de nouvelles sources de distraction.


Nous pensons également aux anciens avec le besoin d’une offre médicale importante. L’AMDF et l’association AILES permettent le maintien à domicile des personnes âgées grâce à la domotique. L’AMDF qui innove dans différents champs : le numérique et la domotique notamment. 
L’attractivité, c’est aussi attirer des médecins : deux médecins salariés du département arrivent ce mois-ci. La Maison de santé Michel Gipeaux (du nom de notre regretté ami et ancien adjoint au maire) à Saint-Pantaléon, qui a pris un peu de retard, verra sa première pierre posée très prochainement. L’IRM à l’hôpital permettra également d’avoir de nouveaux équipements début 2019. La nouvelle directrice de l’ensemble des pôles hospitaliers vient d’être nommée : il s’agit de Christine Ungerer. Je suis certain qu’elle sera à même de mener de nombreux projets pour continuer de dynamiser les différents pôles hospitaliers du secteur. La coopération entre l’hôpital et la clinique permet à des projets autour du paramédical de voir le jour. Pour faire venir de jeunes médecins, il faut les accompagner mais il faut aussi de l’animation en ville.
Coté animations, 2017 aura été flamboyant (Augustodunum et son nouveau spectacle, le trophée des Villes de Pétanque, la biennale d’art sacré contemporain…) , et 2018 s’annonce tout aussi réjouissant, avec la reconduction du festival des Rendez-vous de Juillet (qui se tiendra sur le week-end du 14 juillet), avec la deuxième édition du Sillius Festival (festival de Hard rock, heavy metal qui a connu un franc succès à l’Eduen l’an passé). Nous aurons aussi des nouveautés, avec des grands évènements autour de la voix (du chant sacré, du chant choral et du chant lyrique), des langues anciennes (avec Légion VIII), de l’art profane (avec Reniere en Depla) et bien d’autres, il serait difficile de tout citer. Le chant est devenu la marque de fabrique de la ville avec les Petits Chanteurs à la Croix de Bois. Nous devons capitaliser sur leur succès notamment en Corée et en Chine. Nous allons donc les aider à mettre en place un musée et éventuellement leur projet d’internat pour filles que je souhaite voir aboutir. Ce sont des vecteurs d’image de la ville en France mais surtout à l’international et nous avons à coeur que notre ville s’ouvre d’avantage à l’international. Des échanges avec la Chine ont commencé, l’Institut Marco Polo a été créé et nous lancerons d’ailleurs dès demain une nouvelle association pour fédérer toutes les bonnes volontés qui souhaitent s’impliquer sur ces échanges franco-chinois. Emmanuel Macron a annoncé qu’il y retournerait chaque année. La Chine s’annonce être un acteur majeur sur le plan touristique, économique et culturel. Nous mettrons en place un jumelage avec la ville de Chengdu. Cette volonté aura une traduction concrète dès le 16 janvier avec la participation au salon franco-chinois du tourisme destiné aux promoteurs chinois avec l’hôtel des Ursulines. Le nouveau propriétaire de cet hôtel est très actif et notamment en faveur du tourisme chinois. Les chinois peuvent être intéressés non seulement par notre histoire gallo-romaine mais également napoléonienne. En 2019, nous souhaitons accentuer nos projets touristiques et culturels autour de l’anniversaire l’arrivée de Napoléon Bonaparte.
Comptez sur nous pour aller chercher les projets, pour aller convaincre les investisseurs, pour soutenir les entrepreneurs, pour accompagner les innovateurs. Il y a deux arguments que nous ne pouvons accepter. Ces deux raisonnements sont : « On toujours fait comme ça » et « Ailleurs c'est la même chose ». Il y a probablement une raison pour laquelle on faisait d'une certaine façon avant, et il y a certainement de bonnes idées à aller chercher à l'extérieur. Mais, nous ne pouvons nous résoudre à nous laisser enfermer dans des choix dictés par d'autres ou dans une gestion courante qui n'aurait pas d'autres ambitions que d'équilibrer un budget en fin d'année.
Nous ferons probablement des erreurs, je ferai des erreurs. Nous ferons, peut-être parfois de mauvais choix, mais en toute transparence et nous serons comptables de ceux-ci. Il y a une devise dans le monde des startups que j'aime bien : « si on ne change rien, il n’y a rien qui changera ». Nous sommes condamnés à l'audace, à l'expérimentation, à la prise de risque si nous voulons que la ville se développe et réalise tout son potentiel !
Le Président de la République vous exhortait lors de ces voeux à vous souvenir que nous sommes la nation française. Je voudrais aussi vous dire que nous sommes la ville d’Autun et que nous n’habitons pas dans n'importe quelle ville. Une ville bimillénaire certes, mais aussi une ville qui est là pour nous, avec son hôpital et son service d'urgences quand vous en avez besoin, sa maternité qui vous a vu naître ou qui verra peut-être naître vos enfants, ses écoles, son conservatoire de musique, son école de dessin, ses centres sociaux qui proposent à toutes les générations et à toutes les familles des activités de couture, de tricot, pour tisser les liens entre les habitants. Une ville avec son tissu associatif dense, son offre culturelle importante et son potentiel immense.
Pour paraphraser une dernière fois Kennedy, j’aimerais que vous vous leviez le matin en vous demandant ce que vous pouvez faire pour Autun. Ce que vous pouvez faire pour Autun, c’est vous impliquer dans des associations. Elles recherchent des bénévoles notamment le Don du sang, l'abri hivernal, du soleil dans la voix, le comité des jumelages, Augustodunum... C’est être ouverts aux autres, être respectueux aussi, de la propreté, du stationnement des personnes handicapées, du voisinage lorsqu'il est tard, des limitations de vitesse. C’est également des gestes du quotidien comme ramasser un papier qui traîne par terre, faire vos courses à Autun plutôt qu’à Dijon, Chalon ou par internet. Enfin, c’est être les ambassadeurs de votre ville en refusant l’auto-dénigrement perpétuel qui trop souvent nous mine de l’intérieur. Les nouveaux arrivants sont les premiers à nous le dire, l’herbe n’est pas plus verte ailleurs qu’ici, soyons fier de notre ville dans ses qualités et ses défauts que nous tentons chaque jour d’améliorer.
Soyez fiers d'être Autunois ! Excellente année à toutes et à tous !

Partager :