Autun et l'histoire

Un patrimoine de 2000 ans

L’histoire de la ville se lit au travers des vestiges de son prestigieux passé.

La période gallo-romaine

Après la conquête romaine, Augustodunum succède à Bibracte dans le rôle de « capitale » du peuple éduen. La nouvelle cité devient un centre renommé de la culture gréco-romaine. Quatre kilomètres et demi de remparts gallo-romains  sur les six qui protégeaient la ville, ont été conservés, ainsi que deux portes romaines, le théâtre antique, la pierre de Couhard (monument funéraire), le temple dit de Janus  ; les vestiges des premières fondations chrétiennes se situent hors les murs, ainsi que la zone cultuelle antique de la Genetoye. Ce contexte est propice à l’implantation précoce de la religion chrétienne, au IIIe siècle.

Porte Saint-André
La porte Saint-André était un des quatre points d'accès principaux de la ville gallo-romaine

 

Le théâtre d'Augustodunum, construit au 1er siècle après JC, mesurait 148m de diamètre et pouvait accueillir jusqu'à 20 000 spectateurs.

Découvrez d'autres images du patrimoine gallo-romain d'Autun dans ces vidéos. Cliquez sur les vignettes et passez en mode plein écran, c'est plus confortable.

Vidéo de 31''

nouvelle fenêtre

Vidéo de 26''

Vidéo de 23''

Vidéo de 23''

L'époque médiévale

Siège d’un évêché, Autun se pare tout au long du Moyen Age et de l’époque moderne d’églises, collégiales, cathédrales et attire couvents et monastères.

La cathédrale Saint-Lazare, construite à partir de 1120 était un lieu de pèlerinage sur le chemin de Compostelle.

 Découvrez d'autres images des hauts-quartiers d'Autun dans la vidéo en cliquant sur la vignette. Passez en mode plein écran, c'est plus confortable.

Vidéo de 31''

Le développement d’Autun au Moyen Age s’est effectué à l’intérieur des limites définies par l’enceinte gallo-romaine, sur une pente dominant l’Arroux. 
Deux centres d’activité humaine, l’animation marchande et la vocation religieuse, ont déterminé la bipolarité de l’urbanisme médiéval d’Autun :

  • La ville haute
    Pôle religieux, site de l’ancienne cathédrale, la ville haute s’organise autour de l’actuelle cathédrale Saint-Lazare qui illustre l’art roman bourguignon du XIIe siècle, avec une statuaire remarquable.
    Visitez le site cathedrale.autun-art-et-histoire.fr pour une explication complète, scientifique mais aussi ludique de la cathédrale.
    Autour de l'édifice, se regroupent l’évêché et un ensemble de maisons canoniales. La ville haute abrite le musée Rolin. C'est dans ce musée municipal qu'est présentée la sculpture Eve couchée, réalisée vers 1130 par Gislebertus.
  • La ville basse
    Pôle marchand, établi à proximité de la voie navigable, l’Arroux, elle présente un ensemble d’architecture défensive, civile et religieuse : rempart, tour Marchaux, maisons à pan de bois; musée lapidaire, chapelle Saint-Nicolas (XIIe s.).

L'époque moderne

C'est à cette période que nait la ville moyenne qui unit les deux pôles médiévaux. Renforcée par une enceinte des XVIe et XVIIe siècles, elle est parée des collège et chapelle des jésuites (actuel lycée Bonaparte ), du grand séminaire (devenu lycée militaire), de l'hôpital Saint-Gabriel, d'hôtels particuliers, d'un magnifique théâtre à l’italienne, d'un passage couvert, et de l'hôtel de ville.

Prenez de la hauteur et admirez quelques images de l'architecture du centre-ville. Cliquez sur la vignette ci-dessous et passez en mode plein écran, c'est plus confortable.

L’époque contemporaine

L’ère industrielle s’ouvre à Autun avec l’exploitation des schistes bitumineux, dont on extrayait une huile comparable au pétrole. Aujourd’hui, c’est une ville insérée dans un cadre paysager exceptionnel, disposant, à côté de ses industries et de ses commerces, d’un patrimoine de premier plan, illustrant toutes les périodes de l’Antiquité à nos jours.